22/02/2008

Le jardin botanique d'Eala, Mbandaka, Equateur, RDC

A cheval sur l'équateur, à 7 km de Mbandaka, sur les bords de la rivière Ruki, le jardin botanique d'Eala s’étend sur près de 370 hectares.

C’est un lieu hors du temps, un sanctuaire loin du bruit et de la fureur des combats qui ont ravagé le pays cette dernière décennie. Créé il y a plus d’un siècle, par Emile Laurent, botaniste attitré du roi de Belgique Léopold II, le jardin est à l'image de la République démocratique du Congo : en convalescence. En 2004, un seul homme assurait l'entretien de ce jardin d'Eden et entretenait quelques hectares...

Eala7

 

Eala4

 

Eala1

Eala9


  Perdu, mais jamais oublié de ceux qui l'ont traversé, il est aujourd'hui promis à la réhabilitation. Ce territoire de 370 hectares, où se mêlent marais, forêt tropicale et savane, fut jadis la porte d'entrée africaine de nombreuses espèces d'arbres et de plantes alimentaires, médicinales dont le quinquina, de plantes industrielles (cotonnier, hévéa, cacaoyer, palmier à huile) et de plantes ornementales.

coucher soleil Mbka


 

EALA5

 

Eala6



 

La culture d'orchidées, l'allée des bambous, la reproduction du noyer d’Amazonie, ainsi que le kapotier font l'objet de curiosité du jardin. Pendant longtemps, Eala fut considéré comme le troisième jardin tropical du monde par sa superficie et la richesse de sa flore. Lorsqu'il ouvre en février 1900, c'est, pour les botanistes de l'époque, un monde entier à répertorier, étudier, dessiner et consigner dans de gigantesques herbiers.  

 


Eala3 
 

Sous les ramures d'arbres centenaires, les allées abandonnées sont retournées à l'état  sauvage. Lianes, buissons et herbes folles s'enchevêtrent dans un silence seulement rompu par les chants d'oiseaux,  le bruit de la Ruki, affluent de l'impétueux fleuve Congo, et le cri des enfants y faisant leur toilette. Les jardiniers ne sont pas assez nombreux pour dompter la végétation.

Eala10

Eala8

 

Le début des travaux de réhabilitation du Jardin botanique de Eala était prévus le 1er juillet 2007. Je n'ai pas de nouvelles de l'état d’avancement de ceux-ci. Espérons que l’état congolais aura la possibilité de pourvoir à son entretien…  

 

08:00 Écrit par Marinou dans photos | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Mais, Bien qu'il soit important de soigner la nature, le Congo n'a-t-il pas d'autres priorités, à l'heure actuelle ?

Écrit par : Guglielmo | 25/02/2008

Répondre à ce commentaire

Chère Afrique, oublie ton cauchemar,réveille-toi.
erci pour ce commentaire encourageant et ces images parfaites, pleines de souvenirs attendris pour tous ceux qui ont aimé la terre africaine.

Écrit par : SAUVAGE | 24/12/2008

Répondre à ce commentaire

Etant enfant, dans les années 1944-1945, avec mes parents j'ai visité ce jardin merveilleux...

Georges radermecker

Écrit par : Georges Radermecker | 14/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.