13/04/2008

Femme Africaine

 

 

Elle a vu partir ses enfants

Au loin vers l’horizon étrange

Où tant de choses la dérangent

Là-bas vers le pays des blancs.

 

Mais est restée là sans rien dire

Juste à les regarder grandir,

 

Sans jamais dévoiler sa peine,

La femme africaine.

 

Elle s’est souvenue de ses pères

Qui n’avaient pour seule liberté

Que celle de n’être pas bien né

Et qu’on a chassé de leur terre

 

Qu’on a de force et sans raison

Mené vers les champs de coton,

 

Sans oublier le bruit des chaînes,

La femme africaine.

 

Elle, les yeux remplis de tendresse

Et plus solide que tous les hommes

Qui d’interdits la couvrent comme

Ces femmes qu’on couvre de caresses

 

A su guérir de tous les maux

Se saisir de tous les drapeaux,

 

Mais sans jamais cracher sa haine,

La femme africaine.

 

Elle a lorsque la nuit revient

Avec ses étoiles par paquets

Des rêves qu’elle ne fait qu’en secret

De voir de meilleurs lendemains

 

Et des diamants tombés du ciel

Qu’en silence elle garde au fond d’elle,

 

Un diamant d’ivoire et d’ébène,

La femme africaine.

Sébastian

 

16:51 Écrit par Marinou dans poésie, citations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.