04/09/2008

Pasteur

-

Voici mon Peuhl, ma première peinture à l'huile sur carton, terminé...

Commencé en mai, j'ai dû travailler par couches successives!

J'ai bien travaillé cette semaine, j'ai pu terminer trois oeuvres...

Dis- moi ce que tu en penses, j'aime avoir des "regards" extérieurs et des critiques...

Peuhl copie web

«Dieu est transcendant et immatériel, on ne peut le réaliser sinon en esprit. Or, les esprits des hommes diffèrent et chaque homme conçoit Dieu selon ses facultés, à sa manière, à son image.»

 Amadou Hampâté Bâ

-

Commentaires

Ben... euh... Je suis quelque peu privilégié en assistant à la naissance et au développement de - presque - chacune de tes idées... Donc...

Mon avis, je te l'ai déjà donné en direct... Est-il nécessaire de le redonner en ces lieux ?

Sinon pour inviter les lecteurs de passage de s'appesantir quelque peu sur les textes accompagnant tes oeuvres, car ces dernières sont sous-tendues par ceux-là.

Ceci, j'apprécie que le Peuhl soit resté seul, face à l'immensité du désert... vraiment désert ! (nous nous sommes compris, je crois !)

Biz,

Écrit par : Guglielmo | 04/09/2008

Répondre à ce commentaire

Très joli Franchement tu es doué la peinture es très belle ce berger allant vers la terre vers les montagnes
il trouvrera peut être son bonheur

Écrit par : Italo | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Bien retouche! J'aime le soleil dans le fond....
Tu es en permanente évolution dans ta peinture...jusqu'où nous emmènes-tu?

Écrit par : Annie | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

Les couleurs sont belles et l'image expressive.Les proportions sont bien prises.C'est impressionnant les effort que tu as faits sur l'image.

Écrit par : yvette | 05/09/2008

Répondre à ce commentaire

oui! le peuple Peuhl est fier et dans l'attitude on ressent cette fierté. le troupeau n'est pas présent, est-ce un message? est-il plus loin vers le point d'eau? l'immensité et la solitude sont bien là. par contre le soleil, même couchant n'éclabousse pas vraiment le désert. je ne sais pas si tu as ce sentiment en afrique; quand le soleil se couche il se montre durant le court instant qu'il met à disparaître, d'une cruauté presqu'insoutenable. et tout flamboie puis s'éteint.mais celà, c'est mon ressenti, donc ne prend pas çà comme une critique. c'est superbe! vraiment. tu as trouvé exactement le bleu indigo de ces hommes du désert, comme un reflet du ciel.
bises Marinou, bon dimanche!

Écrit par : mimi | 07/09/2008

Répondre à ce commentaire

c'est celle que je préfère.. de tes oeuvres ...
bises

Écrit par : isa | 18/09/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.