15/11/2008

Munyal

 

MUNYAL peut se traduire par le terme français « patience ». Il exprime une aptitude à supporter désagréments et malheurs…

(Il vaudrait peut-être mieux utiliser le terme résignation?  Je ne sais pas...Si quelqu'un peut me renseigner....)

        Munyal 15-11-08 copie

Le concept du pulaaku, chez le peuple Peul

"Dans l’expression des sentiments, la règle générale dictée par le pulaaku est l’inhibition. Les sentiments doivent être dominés, voire dissimulés, et leur extériorisation évitée à tout prix...

Le pulaaku est l’ensemble des valeurs socio culturelles des Fulbe. Il est à la fois leur manière de vivre et leur raison d’être. C’est donc une éthique qui définit la philosophie et les règles de la vie individuelle et collective.

L’homme pénétré de SEMTEENDE, autrement dit, l’homme capable de régler ses actes avec retenue, réserve, pudeur, dans le sens de l’honneur et qui peut se sentir peiné, gêné, diminué en cas de transgression de cette ligne de conduite, cet homme-là incarne le puulaku ; il est pétri d’éthique peule. Agir dans le sens contraire exprimerait un état primaire. En effet ne dit-on pas que « mo semtataa, ladde mum yaasnde » ? Ce qui littéralement signifie : « Qui manque de SEMTEENDE a un vaste champ d’action. ». SEMTEENDE peut être traduit par HONTE.

A cette dimension fondamentale du pulaaku qu’est le semteende, viennent se greffer deux autres composantes non moins importantes qui sont le MUNYAL et le HAKKIILO

HAKKIILO pourrait être traduit par le terme « intelligence ». Il exprime la capacité d’un individu à pouvoir observer et comprendre son milieu social et naturel pour s’y adapter…

Pulaaku, défini par semteende, munyal et hakkiilo est une valeur identitaire des Peuls. En effet, tout Pullo  est supposé avoir du pulaaku. Certes, il peut faillir dans sa conduite, mais il se distinguera toujours par quelques traits de pulaaku. « Laasel pulaaku seexan non tayataa », quelque mince que devienne la fibre du pulaaku, elle ne rompt jamais."

extraits de Pullorama, édité par le CERCP, Cameroun

 -

Commentaires

Je vous découvre Madame ... Et la découverte est belle ...je vais m'en retourner " regarder" et " lire"
C'est magnifique Madame
*MeL*

Écrit par : *MeL* | 16/11/2008

Répondre à ce commentaire

quel changement! ce travail est fort différent des précédents. C'est difficile de réellement se rendre compte des couleurs à cause du flash, c'est dommage. Mais ça a l'air fort lumineux, c'est agréable et je trouve "la percpective" très intéressante!
bisous tout plein

Écrit par : fanette | 16/11/2008

Répondre à ce commentaire

Patience... J'ai recherché la patience... Je ne la vois pas dans ses yeux.. Elle me fait un peu peur. Ton travail évolue dans l'abstrait, peut-être me faut-il plus de patience pour l'apprivoiser?

Écrit par : Sophie | 16/11/2008

Répondre à ce commentaire

ah je vois j'étais passée l'autre jour et te disant bravo d'ailleurs
pff

Écrit par : nays | 17/11/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour, je découvre votre blog en flânant dans le cyber-espace. Je suis très touché par ce qui se dégage de vos photos et dessins ainsi que des textes issus de la tradition et de la spiritualité africaines. Je suis terrifié à l'idée de voir toute cette richesse humaine et cette vitalité primale disparaitre, engloutie par la voracité, l'égoisme et le consumérisme de l'occident.
Merci aussi de diffuser ces pensées et réflexions qui revitalisent l'élan vital et aident à se rappeller à ses devoirs d'être humain. Je comprends aussi très bien la nécessité qui peut s'imposer d'aller au delà des mots et de développer cet autre moyen de communication que sont le dessin et la photo. Devant tant de beauté ou d'horreur, l'écrit devient vite insignifiant.

Écrit par : Vil Coyote | 23/11/2008

Répondre à ce commentaire

Peut-être que le terme "résilience" conviendrait-il bien?
Amitiés

Écrit par : nadine | 25/11/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.