23/01/2009

quelques clichés...

-

 Voici deux livres de géographie, anciens manuels scolaires, qui ont sûrement influencé des générations, et été à la base des clichés qui subsistent encore dans l'esprit des hommes et des femmes des générations qui ont vécu l'indépendances des pays d'Afrique.

Combien de générations faudra-t-il encore pour les faire disparaître?

 

 "Géographie générale" de Gallouédec et Maurette, publié en 1931, par les éditions Hachette, à Paris....ce manuel de la génération de mes parents était destiné à la classe de seconde.

les races d'hommes014 copie

 

 Celui ci, "La géographie par l'image et la carte", manuel destiné au degré moyen des écoles primaires a été publié par les éditions La Procure, en Belgique. Il date des années 195O...Il ressemble bien à celui que j'ai dû utiliser...Je me trouvais au Congo Belge à cette époque, donc, les rares petites congolaises de ma classe devaient l'utiliser aussi!

 les races d'hommes013 copie

Commentaires

merci d'être passée chez moi. Pour mettre un commentaire il faut cliquer sur "pour un petit mot gentil"
bisous et bonne soirée
Laura

Écrit par : Laura | 23/01/2009

Répondre à ce commentaire

M'ouais... C'est vrai qu'en partant sur de pareilles bases, il ne faut pas s'étonner, en effet, que certains clichés persistent....
Ca me fait penser à la première fois que j'ai vu un "noir", je devais avoir huit ans... et je n'avais jamais eu aussi peur de toute ma petite vie.
J'ai fait un détour de bien dix mètres, persuadé que j'étais, que si ce "noir" m'attrappait, il me mangerait (sic) C'est dire les conneries qu'on racontait aux gosses à ce temps là (et plus encore maintenant, hélas)
Je te rassure, depuis j'ai appris que je risquais plus d'ètre mangé tout cru par de jolis blancs en chemise-cravatte que pas les noirs :-)
Bon week-end à toi...

Écrit par : patrick | 24/01/2009

Répondre à ce commentaire

Père Fouettard Tu sais Patrick, dans les villages en brousse on dit encore aux petits enfants que s'ils n'obéissent pas un blanc viendra les chercher pour les manger...L'image du Père fouettard inversée!!!

Écrit par : Marie-Noëlle | 24/01/2009

Répondre à ce commentaire

Merci Mille fois pour l'idée Marinou Je viens aussi. J'espère pouvoir te parler quelques minutes tout à l'heure.
Amitiés,

Écrit par : Brig | 24/01/2009

Répondre à ce commentaire

Typiquement de ces années mais méprisant pour les races ! Les terminologies à consonnance ethnographique montrent à quel point, il y a à peine une septantaine d'années, l'Afrique et ses peuplades était peu connue du mode, des scientifiques, savant de l'époque et des intelectuels en général (rares) au point de l'assimiler à la négritude d'ensemble en la traitant de race inférieure, les esquimaux (les Inuites) les amérindiens et les asiatiques n'étaient guère mieux traités. Il va de soit dans le milieu très impérialiste de l'époque, au moment de la colonnisation, l'homme blanc se sentait d'une appartenance supérieure, au point d'assimiler ces peuples à de vulgaires animaux, de là l'ensemble des clichés, un nègre ou aujourd'hui encore appelé noir (le président noir Obama) ne valait pas grand chose que sinon sur sa contre-valeur de l'esclavagisme. La société a fortement évolué et ces clichés sont voués à disparaître grâce à l'immigration des peuples subsahariens dans le monde et la modernisation des USA, n'oublions pas que la notion d'esclavage nous vient du monde arabe qui vendait les esclaves noirs aux marchands ambulants, puis vînt le commerce triangulaire organisé par l'Espagne et la France après la grande conquête de l'Amérique, le Congo Belge est très tardif dans l'usage des esclaves, n'oublier jamais que beaucoup de belges ont aussi été exploités par les industriels de l'époque du Congo de papa, les mines, etc... le sort de nos semblables ne valaient guère mieux. Je crois qu'il faut donner du crédit au livre que dans le contexte de l'époque dont la vision des choses n'appartenait qu'à une certaine caste élitiste d'exploiteurs du genre humain. Aujourd'hui le contexte est bien différent les esclaves connaissent trop souvent le chômage et la discrimination à l'emploi mais sont bien traités par les plans sociaux de notre société...fort heureusement mais l'Afrique c'est autre chose naturellement...!

Écrit par : Michel | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.