14/02/2009

poésie africaine

 

C'est du Sénégal que sont parties les premières notes de cette partition féminine qui allait bouleverser le choeur du chant africain. Celle qui la première tente le pari est une institutrice du nom d'Annette M'Baye d'Erneville (du nom de sa ville natale). À Paris, elle publie un petit recueil de 20 pages, Poèmes africains, en 1965. L'Afrique indépendante n'a que 5 ans alors que sa littérature approchait déjà le demi - siècle. 50 ans pendant lesquels presqu'aucune voix de femme ne s'était fait entendre.

Ces Poèmes africains de même que Kaddu (paroles) ont le ton nostalgique de la mère Afrique, de ses traditions, de ses tabous, mais portent aussi l'euphorie des indépendances nouvellement acquises :

pilon

"Que ne suis-je Diali                                                       
Maître de la Kora!
Que ne suis-je diseur
Gardien des mots magiques!

Les femmes se serrent les reins, et, de leurs lourds pilons,
Rythment la marche sûre du pays qui se lève.

Tama, Gorong, Dioudioung
Disent aux quatre vents
Que l'Afrique est debout
Et va vers la lumière. "

(Indépendance , Poèmes africains, Kaddu, n.p.)

 

L'euphorie suscitée par cette Afrique debout n'efface pas pour autant les traces des rituels qui se perpétuent :

"Tu es homme, ce soir!             
   
Tu es homme, mon fils!

Par ta chair meurtrie          eafga
Par ton sang versé
Par ton regard froid
Par ta cuisse immobile.

Tu es homme, mon fils!

Par la lame tranchante
Par ton sexe éprouvé
Par ta peur refoulée
Par la terre de tes Ancêtres
"

(Kassacks , chant de circoncision, op. cit.)

-

Commentaires

Poésie tellement proche des Hommes de toute provenance! Cette inspiration africaine est frappante de vérité et si proche de certains de nos classiques philosophiques: Que ne suis-je/ Qui suis-je = d'où je viens/je ne suis que diseur-gardien des mots magiques=je n'ai pas accès à la parole perdue, je ne suis qu'un initié/aux quatres vents= aux quatres éléments/l'Afrique va vers la lumière = notre civilisation connaîtra la lumière...L'Afrique en Occident, ou l'inverse, l'une et l'autre ne sont jamais loin l'une de l'autre, ni opposée mais certainement complémentaire, nous nous situons au plus profond des racines de l'humanité, de l'universalité.Merci Marinou pour ce magnifique rapprochement des deux continents, avec nos frères et soeurs "noires".Je suis d'accord de ton commentaire précédent sur les traditions identiques de l'Amour encore un élément qui nous lie....Amitiés

Écrit par : Michel | 14/02/2009

Répondre à ce commentaire

Hello, bien contente de te savoir rétablie aussi ! Nous voilà prêtes pour le printemps !
Suis en plein boulot là ... mais m'évade de temps à autre .... !
Belle journée à toi,

Écrit par : Brig | 17/02/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.